mardi 7 septembre 2010

Scream at the Sun Festival

- Scream at the sun Festival
- vendredi 04/06/10 @ Heretic Club (Bordeaux)
- Verbal Razors + The Plague + Droogz Brigade + Half Hearted Hero + Nine Eleven + Alea Jacta Est + No Turning Back
- Merci à Foundhope pour les photos et à Nicolas de Elements Films pour la vidéo!


Allez hop, il fait beau, c’est 16H, je passe prendre grand Nono et Alexia à St Priest Bramefant HxC City et on rejoint Ju et Manon vers Thiers et c’est parti, direction Bordeaux aujourd’hui !

Après 4 petites heures de route, on se gare pas trop loin de l’Heretic. Il fait beau, la route a un peu usé, on prend des forces et l’apéro dehors avec les amis de Bot(l), Shorter Than Fast…
Dans le bar idéal pour ce genre d’événement (assez grand en haut et avec une petite scène dans une petite salle en bas), c’est Half Hearted Hero qui commence. On a loupé Verbal Razors et The Plague, groupe de Perpignan que je ne voulais pas louper vu les extraits écoutés mais avec la route, pas bien le choix… Enfin bref, le groupe du Massachusetts balance son pop-punk. Le son n’est pas très bien réglé, surtout pour la voix, dommage vu le style… tu sais peut-être que celui-ci est loin d’être mon préféré aussi… On remonte à l’extérieur profiter des bières qui sont encore fraîches et du soleil qui lui, est bien chaud…

C’est Droogz Brigade qui enchaîne : il s’agit là de hip-hop. Ça me paraissait bien fait selon les morceaux que j’avais pu écouter, et je ne m’étais pas trompé! Les beats sont bien sympa et avec les 5/6 membres qui compose ce crew toulousain, les chants et les flows sont diversifiés et se mélangent bien… mention spéciale pour « Retour à l’âge de pierre », tube de l’été 2010 ?!

On attaque les choses sérieuses avec Nine Eleven! Les tourangeaux restent fidèles à leur hardcore et leurs prestations: beaucoup d’énergie, beaucoup de passion, beaucoup de maîtrise sur scène et beaucoup de folie devant la scène. On a le droit à l’album « City of quartz », aux meilleurs titres de « Use you desillusion » et à ces morceaux avec ces différentes parties (grattes, chant…) prenant toujours autant les tripes, comme les fins de « Panem et circensens », « Sen » ou « THE STORY OF OUR LIFE »…



Le temps de reprendre son souffle dehors, c’est Alea Jacta Est qui est à l’attaque. Ici pas de chichis, leur hardcore se veut brute, « simple », costaud et efficace. Sur scène il y a le smile, dans la tranchée, c’est la guerre ! A ce moment là, tu peux te dire « qu’est ce que j’y suis bien » en patois local, ou bien « this is the place to be » à la ricaine… Je les avez déjà vu sur Clermont, leur set est toujours aussi efficace ! Ils sont sur le point d’accoucher de leur premier album (« Glora victis »), ça promet d’envoyer du gros, deuxième claque de la soirée !!

Pour essayer d’achever la foule, c’est No Turning Back qui s’y colle. Avec plus de dix ans dans les pattes, signés sur divers labels, Reality Records (Madball, Hoods, The Setup…), Bridge Nine Records (Agnostic Front, Defeater, Champion, Terror…), nous avons affaire ici à un des fleurons du HxC européen ! Ils n’auront pas de mal à accomplir leur mission, leur prestation est largement à la hauteur ! Leur HxC est plutôt brut et négatif, un peu à la Terror. Entre les morceaux, le chanteur a un discours pas con, les hollandais à valeurs envoient du lourd, dans le pit ça suit toujours, bref, on en prend encore plein la gueule !
Après s’être pris ces claques dans la gueule, on rejoint Manon et Sophie en centre ville, on se perd un peu devant un bar, on essaye de trouver une crémaillère auquel on était invité, mais les efforts faits et l’alcool n’aidant pas, on se décide finalement à se rentrer pour une bonne nuit bien méritée !




- samedi 05/06/10 @ Heretic Club (Bordeaux)
- Daily Mind Distortion + Ursus + VII + Masakari + Le Pré ou je suis mort + Brat Pack + Providence + La Dispute + The Setup + Amen Ra


C’est le début de l’été, après avoir fait quelques détours pour retrouver la caisse, on en profite pour aller à l’océan aujourd’hui. Bien sûr, on n’est pas les seul à avoir eu cette idée, il y a du monde sur la route ! Après baignade, sieste et gamelles en skimboard, on repart direction Bordeaux. C’est toujours la merde sur ces routes, et même en passant par les routes de traces (merci TomTom), on arrive à la bourre, même pas le temps de se changer !
Daily Mind Distortion et Ursus ont déjà dû passer… Dans la cave c’est Masakari qui joue. Je regarde, c’est bien, mais je ne suis pas plus emballé que ça par leur crust-punk tout comme Le pré où je suis mort et leur screamo : c’est bien, mais je n’ai pas spécialement envie d’écouter ça là, on remonte se désaltérer en attendant des groupes plus énergiques…

Tout comme la journée précédente, on a le droit à un groupe de hip-hop, je trouve l’idée très bonne ! Il n’y a que 2/3 bordelais dans VII, les beats et le flow sont un peu répétitifs, mais les thèmes abordés intéressants et ils n’hésitent pas à rapper ensemble sans rythmique derrière, il y a de la maîtrise quand même ! Dommage que le jack micro merde un peu…

Arrive un groupe que j’attendais avec impatience : Brat Pack. Alors là il s’agit de punk-rock à l’ancienne, ça sent les années 80’s, R.K.L et tout ça . Les hollandais jouent vite, c’est foutrement technique et sacrément calé, on trouve des blancs par-ci par là, des « tu ta » un peu par là, un peu par ici, il y a quelques passages « posés » avec des roulements qui re-balancent la sauce, les mimiques du chanteur sont bien bonnes, les morceaux sont courts, plus qu’efficace, en un mot : la claque !

Un autre groupe que j’attends avec impatience : La Dispute. Ça fait quelques semaines que je me passe leur excellent album dans les oreilles, mais là, je sais que je ne vais pas me faire que des amis, je reste un peu sur ma faim : ce n’est pas que le groupe ne donne pas de sa personne, bien au contraire, sur les planches, ça joue et ça se donne à fond, la voix – particulière - fait son effet mais je ne sais pas, les parties calmes me paraissent ennuyeuses, je n’ai pas les poils qui se dressent mais juste la tête qui hoche… à revoir dans un autre contexte et au milieu d’une autre programmation.

Après être passé à l’épicerie d’en face, c’est au tour de Providence de montrer de quel bois ils se chauffent. Je connaissais le groupe de nom mais sans réellement m’être arrêté plus que ça… Ils sont quand même allés aux states pour tourner une semaine fin 2009 et y retournent en juillet 2010, mais pour un mois ce coup-ci ! Un peu à la manière d’ Alea Jacta Est la veille, c’est à grands coups de parties beat-down, mosh-parts… que les quatre s parisiens refoutent la guerre dans l’Heretic ! La voix du chanteur est bien grasse, le batteur se déchaîne et n’hésite pas à se lever pour motiver les troupes. A noter la petite reprise de Rocky où chacun peut s’exercer aux pompes, tout le monde y va de son moulinet ou autres figures dans une bonne ambiance, ce n’est pas la claque, mais plutôt un bon coup de pied au cul encore !



Suit The Setup ; je les ai déjà vu quelques mois auparavant mais tout à l’opposé : à Mulhouse, dans une grande salle et en début de soirée, j’avais bien accroché à leur set mais sans réellement plus et il n’y a pas à dire là, ça n'a rien à voir ! Le chanteur costaud (et sa voix également grasse) commence en pull, je ne sais pas comment il fait pour tenir vu la chaleur qui règne ici ! On continue dans un HxC plutôt sombre, un peu à la Hatebreed. Les belges ont la hargne, ça tombe bien, le public l’a toujours aussi. Aucun problèmes ou fautes techniques sont à déplorés durant ce cet également,. Le groupe envoi du lourd dans un rythme effréné, c’est la classe !




Je vais continuer à ne pas me faire des amis, mais qu’à cela ne tienne, on ne reste pas pour Amen Ra. La soirée d’hier et la journée d’aujourd’hui ayant laissées quelques traces quand même, et vu les extraits écoutés, je ne pense pas que ça allait me transcender, contrairement à pas mal de groupe de cet excellent festival ! Pas de gros after ce soir, un bon casse-dalle suffira à l’achever.



Merci aux organisateurs (Enjoy The Show, Free Edge Conspiracy et Toulouse HxC Shows), au public pour la bonne ambiance (je l’aurais imaginé un peu plus nombreux peut-être pour ce genre d’événement, mais il a bien suivi quand même : 170 personnes pour le premier soir…), à tous les groupes etc. et à Sophie pour l’agréable hébergement!


Excellente vidéo de Nicolas (Elements Films) qui résume bien le festival :
[Recharge la page en appuyant sur F5 si ça beug pour pouvoir matter la vidéo directement ici]

Scream at the Sun Fest from elements films on Vimeo.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire