lundi 14 mai 2012

Groezrock 2012 - Day #1

Je décolle le vendredi, directement après le boulot, direction Paris pour une pause et nuit chez Chipie et Romain. Au petit matin, on récupère Vince, Foué et Fran, et c’est parti pour le Groezrock, sur fond de bonnes musiques et mauvaises blagues (ou l’inverse) ! La frontière belge passée, il n’y a peut-être plus de péages, mais il faut faire attention aux nids de poule... On arrive au Groezrock vers 12H, je me gare à notre petit spot habituel pour éviter de payer le parking (10 € parait-il…), juste à côté du van des autres cassoc clermontois.

A l’entrée, il n’y a pas de queue, mais une fois entré dans le festival, je m’aperçois qu’il y a encore beaucoup de monde cette année et qu’il va falloir être patient avant d’en boire une… Je retrouve ma belle, puis on trinque tous à cette nouvelle édition. Pas de grands changements sur le site, à part la scène acoustique (que j’ai décidé de ne même pas prendre la peine d’aller voir vu comme le programme est déjà chargé !) et une buvette Monster qui casse les oreilles…

On se divise un peu selon nos programmes… Pour notre part, nous allons nous échauffer les oreilles avec CONFESSION (metal-core), pas mal, puis je vais voir tout seul FOR TODAY. Il s’agit là encore de metal-core que pas grand monde ne connait j’ai l’impression, ou n’apprécie… (??) J’écoute leur dernier album « Breaker » depuis quelques temps et il n’y a pas grand-chose à en jeter pourtant ! En live, ça envoie du lourd (comme sur ce dernier CD justement…), notamment avec « Devastator », « Seraphim », « King » … Le chanteur fait un peu trop son caïd, mais reste tout de même impressionnant par sa présence. Une bonne petite claque, qu’on pourra prochainement reprendre en Europe je pense (et j’espère… ).

Cette année, je découvre le (gigantesque) camping, où les tentes sont les unes sur les autres ! Je profite d’une petite pause pour installer mes quelques affaires dans notre tente, qui n’est heureusement pas trop loin de l’entrée et des WC. On retourne voir THE GHOST INSIDE sous l’Impericon Stage (= « moyenne scène »). Déjà vu l’année dernière sous la Etnies (= « petite scène »), on a encore droit aux tubes comme « Unspoken », mais aussi à de nouveaux morceaux issus de leur prochain album qui sort en juin. En pleine tournée avec Parkway Drive, j’ai l’impression qu’ils ont gagné en « importance » et en « puissance ». Très bon concert ! A suivre…

Après un petit peu de sale bouffe toujours aussi chère, retour sous la Etnies (la meilleure scène vu qu’elle reste « à taille humaine » et où les barrières sont absentes) pour la première pointure de la journée : VERSE.

C’est blindé, normal, leur retour était très attendu ! Dans leur set list, on retrouve les titres phares, mais également un ou deux nouveaux morceaux (sortie du nouvel album fin juin). C’est un joyeux bordel, avec stage diving à gogo etc… et beaucoup d’émotion ! Un set excellent, même s’il y a quelques passages plus mous… Je ressens un peu la même sensation que lors du concert de La Dispute en plein milieu du Scream at the Sun… Je pense que ce genre de groupe, avec une musique « triste », n’est pas fait pour moi au milieu d’un gros festoch, mais serait mis plus en valeur dans une petite salle intimiste ! Un excellent moment tout de même, avec une belle intervention de l’ami Jeff :

Pas de répit, on file directement sous l’Impericon voir THE DILLINGER ESCAPE PLAN. Ils restent toujours aussi barrés que leur musique. Ils en font limite de trop, mais leur show reste quand même impressionnant (tant au niveau scénique que musical) et vaut largement le détour. Dans la set list, toujours très un bon mélange (« Milk Lizard »…). Par contre, le cassage de matos pour finir, je ne trouve pas cela si « rock »… Pour le plaisir, un best-of de leurs cascades:

Après une petite pause au camping, on passe devant la main stage (LAGWAGON), puis nous matons 15 minutes de GALLOWS, mais devons partir (dommage ça commençait bien !) pour PARKWAY DRIVE. Première fois que je les vois, je les attendais avec impatience aussi… Leur hardcore-métal est toujours extrêmement puissant. Nous avons le droit à bon mélange : « Unrest », « Home is for the heartless », « Sleepwalker », « Idols and anchor » et ses envolées métalliques à la gratte, « Carrion »… mais je ne connais pas toute leur discographie… Le batteur est une vraie sulfateuse ! Bim, grosse fessée encore !

On enchaine direct avec RANCID. Oui, j’ai préféré voir le set de Parkway Drive en entier, n’ayant jamais été un fan inconditionnel de Rancid (préférant largement NOFX). Je retrouve tout de même avec plaisir plusieurs titres du mythique « …and out come the wolves » comme « Time Bomb » et un gros mélange de l’ensemble de leur discographie. La foule reprend en chœur toutes les paroles, il y a une bonne ambiance etc… un très bon set encore !

On se retrouve au stand Leffe pour en boire « une dernière » et faire notre bilan de la journée un peu puis on file au camping où règne un brouhaha constant mais qui ne me dérangera pas pour dormir, vu la fatigue et les pintes accumulées ! Demain, une autre grosse journée nous attend ! :-)

Merci à Foué et Holding Te Moment pour les photos, et aux caméramans pour les vidéos!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire