dimanche 11 juillet 2010

Tony Wanks + The Last Fuckin Delight + Schtern + The Hellbats

- Jeudi 17 septembre 2009
- Tony Wanks + The Last Fuckin Delight + Schtern + The Hellbats
- Raymond Bar (Clermont-Ferrand 63)


Deux soirées successives bien sympathiques s’annonce dans deux excellent lieux autogérés qui subsistent encore dans la diagonale du vide : Le Raymond Bar à Clermont-Ferrand et Les Tanneries à Dijon, j’en profite alors pour en faire une pierre deux coups !

Les potes locaux de Tony Wanks ouvrent le bal. Le groupe n’existe pas depuis bien longtemps et n’a donc pas encore beaucoup de dates dans les guiboles mais tout est déjà bien en place. Chacun commence à prendre de l’assurance et leur sorte de post-punk-HxC-stoner fait mouche pour attaquer la soirée, car il y a pas mal de monde déjà, et les nombreux applaudissements sont largement mérités.

Suive ensuite The Last Fuckin Delight. Le groupe vient de la région de Nantes. Ça l’air bien en place aussi, mais leur punk français (on sent les influences Bérrus, Les Vilains Clowns…) ne m’emballe pas bien et m’envoie plutôt du côté du bar en attendant The Hellbats.

Le trio de Montbéliard vient de sortir un nouvel album et sont en pleine tournée. Le lieux est pratiquement plein désormais, cela fait plaisir, et ça commence fort, le batteur cogne bien, le guitariste et le bassiste se battent bien avec leurs instruments... On sent les nombreuses années d’existences (11 pour être exacte) et les nombreuses répètes pour ce nouveau set. Leur rock’n’roll, entre punk/rock et psychobilly est bien bon m’a foi. Les titres s’enchaînent vite jusqu’au tube « Heavy Rockers » où le public s’excite aussi à son tour ! Après quelques titres en rappel tout aussi efficace, The Hellbats quitte la scène (euh...l’estrade) pour rejoindre les coulisses (euh...la pièce d’à côté) en me laissant une très bonne impression !

Schtern vient clôturer la soirée. Je ne connaissais pas du tout ce trio (basse/chant/guitare) où la batterie essaye d’être remplacée par une boite à rythme. Je n’accroche pas à la voix (beaucoup trop criarde) et ça sonne trop brouillon pour moi, j’irais me coucher en attendant la soirée de demain…

Aucun commentaire:

Publier un commentaire